5 astuces pour limiter la consommation des Aliments Ultra-transformés

Astuces

♥2

Pour rappel

Un aliment ultra-transformé (AUT) est un aliment qui contient au moins un marqueur d’ultra-transformation (MUT).
Un MUT est un ingrédient ou un additif cosmétique utilisé pour modifier, corriger, imiter ou restaurer des propriétés sensorielles (goût, couleur ou texture) perdues lors du procédé de fabrication de l’aliment. .

Ne pas confondre ultra-transformé et transformé

Un aliment est transformé dès lors qu’il n’est plus consommé à l’état brut. Il peut être cuit pour le rendre plus digeste, fermenté pour être mieux conservé ou encore torréfié pour développer ses arômes. Ces différents procédés n’en font pas pour autant un aliment ultra-transformé.
On retrouve par exemple les biscuits, le beurre, les légumes en bocaux, le muesli, du thon en conserve, les jus de fruits frais.

En revanche, les procédés de transformation tels que les pratique l’industrie agroalimentaire comme le fractionnement ou la recombinaison dénaturent les ingrédients et impactent négativement les bienfaits naturels des aliments. Nous nous retrouvons avec des produits pauvres en nutriments et riches en énergie (calories) du fait bien souvent des sucres et matières grasses ajoutées de mauvaises qualités.
Ce sera par exemple un fromage à tartiner, une sauce culinaire aux légumes, des céréales soufflés pour les enfants, des nuggets de poulet, des boissons aromatisées aux fruits.

En consommer oui, mais avec modération !

Ces aliments sont aujourd’hui fortement montrés du doigt pour leur incidence sur le développement de maladies chroniques (obésité, cancers, diabète de type 2, maladies cardio-vasculaires…)
La bonne attitude en matière d’alimentation réside dans l’équilibre, la variété et le manger vrai. Les AUT sont évidemment présents dans notre quotidien mais ils représentent un véritable problème s’ils constituent la base de notre alimentation.

La recommandation est d’en consommer 15% maximum sur le total des calories journalières (environ 330 kcal), soit l’équivalent de 2 produits ultra-transformés par jour. Une étude démontre qu’au-delà de 15% de calories par jour, le risque d’obésité augmente.

Enfin, la massification des AUT est aussi un danger pour la planète car elle participe à la dégradation écologique en favorisant notamment des pratiques industrielles énergivores (comme le cracking) et la monoculture intensive qui augmentent les gaz à effet de serre.

5 bons réflexes pour limiter leur consommation

  1. Acheter des aliments bruts: vous aurez plaisir à les cuisinez vous-même et retrouverez le VRAI goût des aliments
  2. Regarder toujours les listes d’ingrédients: les listes les plus courtes et surtout les plus simples sont un vrai gage de qualité de fabrication du produit
  3. Varier l’alimentation avec de nouvelles recettes: les blogs et sites de cuisine ne manquent pas d’inspiration et vous découvrirez une multitude d’idées à faire avec les mêmes ingrédients pour varier votre alimentation
astuce ultra transformé limiter consommation

4. Cuisiner à l’avance: pour que la cuisine ne devienne une charge trop lourde, organisez-vous pour cuisiner plusieurs repas d’avance ou prévoyez en plus grande quantité, vous n’aurez plus qu’à congeler pour avoir toujours une longueur d’avance sur les menus de la semaine suivante !

5. Pas plus de 2 AUT par jour: cela limite l’apport quotidien de mauvais gras, sucres/sel et rétablit un certain équilibre alimentaire dans nos habitudes au quotidien

N'attendez plus pour prendre les bons réflexes au quotidien,
votre corps vous dira merci et la planète aussi ♥
astuces manger sain vrai planète

One Comment

  1. Quand on travaille, c’est difficile de limiter les aliments ultra-transformes, gras, sucres, sales pour privilegier le fait maison. Manger equilibre, sans faire le marche trois fois par semaine et sans cuisiner chaque soir pendant plus d’une heure, est plus simple qu’il n’y parait. Par exemple, s’agissant des 5 fruits et legumes par jour, il est possible d’utiliser en semaine des legumes et fruits en conserves ou surgeles, voire des salades en sachet (sans conservateur), et d’aller le week-end faire son marche, en choisissant de preference des fruits et legumes de saison, de production locale, voire bio.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *